Manif 8 mars 2011/March 8 2011 Demo

Montréalais défient des températures glaciales pour célébrer la Journée internationale de la femme

Le mardi 8 Mars 2011, les Montréalais sont descendus dans les rues pour célébrer la Journée internationale de la femme. Malgré l’état de gel, près de 400 Montréalais ont marché le long de la rue Ste-Catherine, en plein coeur du centre de la ville. La démo a organisé pour la dixième année consécutive par le Comité le 8 Mars de femmes de diverses origines a attiré dans un tableau de groupes, dont certains sont membres du Comité le 8 Mars – PINAY (Organisation des femmes philippines »au Québec), le South Asian Women’s Community Centre, les travailleurs immigrés «centre, l’Association des femmes iraniennes, féministe avant prolétarienne, et le Mouvement contre le viol et l’inceste. Il y avait beaucoup de femmes rejoint par des partisans de sexe masculin et alliés. Les aînés et les jeunes ont été nombreux. Les groupes représentés questions locales et internationales – Palestine, les femmes autochtones qui ont été disparu, les femmes de la classe ouvrière de Montréal, les travailleurs migrants de l’Amérique latine et aux Philippines, la violence contre les femmes, les étudiants et les travailleurs.

Attraper les yeux de nombreux le long du parcours de la manifestation ont été de grandes découpes des femmes avec leurs bras levés, de fuite de rubans aux couleurs vives des tissus. Ils symbolisaient soulèvement pour rendre réel le slogan de cette année à Montréal, «les esclaves des esclaves Rise Up!” Un slogan historique adoptée par les femmes luttent pour le changement et l’égalité dans les différentes régions du monde à différents moments historiques. Il est un appel de femmes courageuses, opprimés dans leurs propres sociétés, qui ont été au cœur de leurs luttes populaires contre les régimes et les tyrans qui se sont fonctionnaires à des maîtres impérialistes. Le slogan a été choisi parce qu’il a parlé à la révolte d’inspiration et de balayage historique en Afrique du Nord et le Moyen-Orient où les femmes sont en première ligne, la colonne vertébrale de la résistance.

Les différents orateurs au début et à la fin de la manifestation a parlé aux réalités locales et mondiales, avec un bon mélange de perspectives féministes, de gauche et radicaux, attirant l’attention sur les luttes des femmes pour la paix et la justice partout dans le monde. Ceux qui étaient réunis a été rappelé que les femmes sont encore la moitié de la population mondiale qui ne 2 / 3 du travail dans le monde, de gagner 1 / 10 du revenu mondial et possèdent 1 / 100 des biens du monde.

Des slogans en plusieurs langues se répercutaient sur la route de la manifestation: “Mujeres Unidas vencidas seran jamas!” “So-so-so solidarité AVEC les femmes du monde ENTIER”, et sauver la planète, Smash du système, Mettez fin à l’impérialisme! Certains groupes ont chanté et parfois tout ce qu’on pouvait entendre, c’était son fort sans un mot ou une expression identifiable. Ce qui est venu par le biais a été la force de la voix et le sens collectif de solidarité et de lutte. Ce fut à nouveau visible lorsque à la fin de la démo, la qualité pour entendre le discours de clôture, les bannières de plusieurs groupes ont eu lieu dans ce qui semblait un solide mur de diverses organisations de femmes, debout, ensemble dans la solidarité afin de célébrer et d’affirmer la force des femmes à continuer à apporter des changements pour une société meilleure pour leurs familles, les communautés et eux-mêmes.

Voir photos sur ce site.

Press release

9 March 2011

Montrealers defy frigid temperatures to celebrate International Women’s Day

On Tuesday, 8th March 2011, Montréalers took to the streets to celebrate International Women’s Day. Despite freezing weather condition, close to 400 Montréalers marched along Ste-Catherine street, in the downtown heart of the city. The demo organized for the tenth year in a row by the 8th March Committee of Women of Diverse Origins drew in an array of groups, some of whom are members of the 8th March Committee – PINAY (the Filipino Womens’ Organization in Québec), the South Asian Women’s Community Centre, the Immigrant Workers’ centre, the Iranian Women’s Association, Proletarian Feminist Front, and the Movement Against Rape and Incest. There were many women joined by male supporters and allies. The were elders and many youth. The groups represented local and international issues – Palestine, aboriginal women who have been disappeared, working-class women of Montréal, migrant workers from the Philippines and Latin America, violence against women, students and workers.

Catching many eyes along the route of the demonstration were large cut-outs of women with their arms raised, trailing brightly-coloured ribbons of fabric. They symbolized uprising to make real the slogan for this year in Montréal, “The Slaves of the Slaves Rise Up!” an historic slogan adopted by women struggling for change and equality in different parts of the world at various historic junctures. It is a call from brave women, oppressed in their own societies, who have been at the heart of their people’s struggles against regimes and tyrants who themselves were servants to imperialist masters. The slogan was selected because it spoke to the inspiring and historic revolts sweeping North Africa and the Middle East where women are on the frontlines, the backbone of resistance.

Different speakers at the start and at the end of the demonstration spoke to local and global realities, with a good mix of feminist, left and radical perspectives, drawing attention to women’s struggles for peace and justice all over the world. Those gathered were reminded that women are still ½ of the world’s people who do 2/3 of the world’s work, earn 1/10 of the world’s income and own 1/100 of the world’s property.

Slogans in several languages reverberated along the route of the demonstration: “Mujeres unidas jamas seran vencidas!” “So-so-so solidarité avec les femmes du monde entier”, and Save the planet, Smash the System, Put an end to imperialism! Some groups sang and at times all you could hear was loud sound without any identifiable word or phrase. What came through was the force of the voices and the collective sense of solidarity and struggle. This was again visible when at the end of the demo, standing to hear the closing speeches, the banners of many groups were held in what seemed a solid wall of different women’s organizations, standing together in solidarity to celebrate and affirm the strength of women to continue to make change for a better society for their families, communities and themselves.

See more photos on the web site.

-30-

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s