Manifestation 8 mars 2013! / March 8 Demonstration!

WD French2
(ENGLISH BELOW)

Journée internationale des femmes 2013
LES FEMMES SE LÈVENT CONTRE LA VIOLENCE DES OPPRESSEURS !


Les femmes dans toutes les régions du monde exigent une fin à la violence envers les femmes, les pauvres, les marginalisés, les populations autochtones, les minorités (religieuses, ethniques et de genre) et les plus vulnérables, la violence faite à l’environnement, la violence économique de la privatisation et de la corporatisation, la violence de la militarisation et de l’occupation. On ne peut pas avoir de justice et de paix sans mettre fin à la violence. En tant que féministes, nous voyons le déséquilibre de pouvoirs qui est inhérent et systémique au sein de tous les systèmes patriarcaux qui génèrent des inégalités entre les sexes, les classes et les races. Le capitalisme en est une conséquence directe, un système qui marchandise tout pour accroître les profits de quelques uns, sans souci pour la vaste majorité des gens et pour l’environnement de la planète.

Les révolutions dans le monde et les mouvements des indignés ont démontré que les gens savent ce qui est nécessaire. Au Québec, les étudiants ont fait le lien entre leur lutte et celle contre toutes les inégalités sociales. Au Canada, nous avons l’exemple fort de la cheffe d’Attawapiskat Theresa Spence et du vaste mouvement des autochtones à l’échelle du pays, Idle No More, qui se lèvent contre les lois du gouvernement Harper qui faciliteront le pillage d’encore plus de leurs territoires, et les priveront de leur source de vie et de survie, et de la possibilité de protéger l’environnement dont toutes et tous dépendent. Les femmes jouent un rôle clé dans ce mouvement, ainsi que dans le mouvement des Sisters of Spirit, qui protestent sans répit contre l’assassinat et la disparition de centaines de leurs sœurs autochtones à travers le pays, des meurtres qui restent inexpliqués et impunis. La Commission des Nations Unies sur la condition des femmes a pris comme thème prioritaire pour 2013 la question de l’élimination et la prévention de toutes les formes de violence contre les femmes et les filles.

Il est consternant mais pas étonnant que, même au 21ème siècle, nous sommes loin de traiter des véritables causes de la violence contre les femmes. Beaucoup d’entre nous, qui travaillons et luttons pour l’égalité des sexes, avons depuis longtemps identifié la violence contre les femmes comme une première manifestation de l’inégalité profonde et systémique entre les sexes. Même au sein de nos organisations, il est difficile d’affronter et de nommer la violence psychologique et parfois physique à laquelle nous sommes exposées. Dans le monde extérieur qui est moins sensibilisé, ce ne peut qu’être pire. Nous ne pouvons pas lutter pour le changement, la justice et l’égalité dans d’autres domaines, sans nous attaquer à la violence contre les femmes.

Pour attirer l’attention sur le fléau de la violence contre les femmes et ses aspects connexes, ainsi que pour célébrer le courage et la ténacité des femmes qui se battent pour y tenir tête et la défier à Montréal, au Québec, au Canada et dans le monde entier, le Comité 8 mars des Femmes de diverses origines marquera la Journée internationale des femmes avec une manifestation : toutes les femmes et leurs alliés sont invités.
Vendredi 8 mars 2013 18:00 – Départ Place Émilie Gamelin (Métro Berri- UQAM). Suivi d’une soirée de solidarité au Comité Social Centre-Sud, 1710 rue Beaudry (Métro Beaudry).

International Women’s Day 2013
WOMEN RISE UP AGAINST THE VIOLENCE!

Women in all parts of the world demand an end to violence – against women, the poor, marginalized, indigenous people, minorities (religious, ethnic and gender) and the most vulnerable; violence against the environment, economic violence of privatization and corporatization, militarized violence and occupation. Until the violence ends there can be no justice and peace. As feminists we see the power imbalance that is inherent and systemic in all patriarchal systems that generate gender, class and racial inequalities. Capitalism which is a direct result of this, devours all to increase profits, with little concern for people and the natural world environment – all resources to be consumed to generate immediate profits with little concern of the short- and long-term impact.

The global revolutions and occupy movements have demonstrated that people are clear about what is needed. In Quebec the students have linked their struggle to all the social inequalities that must be addressed. In Canada we have the strong example of Attawapiskat Chief Theresa Spence and the Canada-wide movement of indigenous people called Idle No More who have risen to oppose government policies that will further rob them of their land and livelihood and the possibility to protect their environment and ours. Women have played a key role in this movement, as they have in the Sisters of Spirit, protesting against the hundreds of missing and murdered indigenous women across the country, whose deaths go unpunished and unexplained. The United Nations Commission on the Status of Women has taken ‘Elimination and prevention of all forms of violence against women and girls’ as its priority theme for 2013.

It is appalling but unsurprising that well into the 21st century we are still very far from addressing the real causes of violence against women. Many of us who work and struggle in the areas of gender justice have long identified violence against women as a primary manifestation of deep-seated and systemic inequality. Even within our organizations it is difficult to confront and name the psychological and at times physical violence that we are subjected to. What more in the less aware world outside. We cannot struggle for change, justice and equality in other areas without addressing violence against women.

To draw attention to the on-going plague of violence against women and its related aspects, as well as to celebrate the courage and tenacity of women who stand up to confront and challenge it in Montreal, Quebec, Canada and around the world, the 8th March Committee of Women of Diverse Origins will be organizing a demonstration and invites all women, women-identified, and allies:
Friday 8th March 2013 6pm – starting from Place Émilie Gamelin (métro Berri de Montigny)) To be followed by a solidarity celebration at Comité Social Centre-Sud, 1710 Beaudry (Beaudry Metro).

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s